Crète Minoenne

Sceaux de l'Age du Bronze

Les Radeaux

 

Le navire a tenu une place privilégiée pendant plusieurs siècles en Crète minoenne. On peut les classer en 8 séries typologiques :

navire-oiseau - type cycladique - navire courbe symétrique en croissant - navire à aileron de dérive
navire symétrique anguleux - types divers - représentations schématiques.

 

 

L'emplois de radeaux ne fait guère de doute dans l'Antiquité. Mais posséder leur représentation n'était pas évident vu leur caractère rustique. Les sceaux ci-dessous semblent composés de deux rangs de rondins disposés perpendiculairement et ligaturés. D'où la rangée du haut représentée en long et celle du bas vue de section.

Sur les sceaux H4 et H5, les sceaux semblent représentés plutôt reposer sur des outres.

Les radeaux sur récipients de terre cuite existaient aussi. On peut par exemple le vérifier au Bengladesh, où un potier utilise ce moyen pour descendre sa production vers le marché d'une ville en aval. Cette pratique existait également en Egypte jusqu'à une date récente. Pline (N.H., 8, 16) raconte qu'en 252 av. J.-C. Metellus fit traverser le détroit de Messine à ses éléphants montés sur des radeaux portés sur des dolia, les plus grandes jarres dont disposaient les Romains. En 72, les troupes de Spartacus tentèrent la même traversée (Florus, 3.20.13). Les ostrakina porthmeia que mentionne Strabon (17.788) sont certainement les même radeaux. De même H. Kees (Ancient Egypt, Londres, 1961. p.97.) les reconnait sous la forme d'"ouvrages de Khnoum", le dieu des potiers, au chapitre 99 du livre de Morts de la pyramide d'Ibi (8e dynastie).

Radeau soutenu par 5 pots (CMS IX, 13). L. Basch, n° H1
sceau et dessin de l'empreinte.

 

Radeau soutenu par 5 pots (CMS XII, 48). L. Basch, n° H2
dessin de l'empreinte et sceau.
Les flèches indiquent les ligatures entourant les pots.

Radeau soutenu par des pots eux-même reliés entre eux. L. Basch, n° H4
dessin de l'empreinte et sceau.

 

Radeau soutenu par des outres. L. Basch, n° H5
dessin de l'empreinte et sceau.

Radeau soutenu par 5 pots (CMS VII, 17). L. Basch, n° H3
dessin de l'empreinte.
Les flèches indiquent les ligatures.

Radeau soutenu par 4 pots. L. Basch, n° H6
dessin de l'empreinte.
d'après F. Matz, Die frühtretische Siegel,
Berlin, 1928, pl. XVIII, 8a